ALL POSTS

COLONIZACIÓN HOMOSEXUAL EN LA IGLESIA CONCILIAR


[Es republicación de un post de 2014]
Como complemento a  la entrada “El Enigma de Montini”, nuestro colaborador y comentarista James Stuart ilustró el dicho post con un comentario que subo a entrada del blog.  Es una traducción del artículo de Laurent Glauzy aparecido en Blog Catholique.
Constituye un documento excepcional que resume escuetamente la intervención de los pontífices conciliares desde Juan XXIII en adelante con especial relevancia de Pablo VI, en la ascensión de la pederastia y homosexualidad dentro de las estructuras jerárquicas conciliares y pos conciliares.

He aquí el comentario seguido de la traducción del artículo.

James Stuart dice :
Como complemento al impresionante trabajo realizado por el muy estimado Adeodato, traigo aquí la traducción de un post de Laurent Glauzy, aparecido no hace mucho en el Blog Catholique, y en el que se puede comprobar la responsabilidad de los pontífices conciliares en la increíble infestación sodomítica y pedófila que corroe a la falsa iglesia conciliar (Y que Bergoglio no tiene ninguna intención de atajar):

image

PABLO VI CRIMINAL PEDÓFILO

por Laurent Glauzy

Don Luigi Villa, el “hijo espiritual” de Padre Pío, feneció el 18 de Noviembre 2012, con 94 años. Sacerdote originario del norte de Italia, doctor en Teología, fue director-fundador del mensual Chiesa Viva, aparecido por primera vez en Septiembre 1971.

En 1956, el P. Villa se encontró con el Padre Pío en San Giovanni Rotondo. El “sacerdote con los estigmas de Cristo” le pidió que se consagrase a la defensa de la Iglesia contra la masonería. El Papa Pío XII aprobó esa misión. El P. Villa fue colocado bajo la dirección de los cardenales Alfredo Ottaviani, prefecto del Santo Oficio, Pietro Parente y Pietro Palazzini. Esos hombres de Iglesia de gran integridad moral debían comunicar numerosos secretos al P. Villa que cumplía una función de agente de información en contra de las logias.

El 21 de Junio 1963, el cardenal Montini, contra el cual Padre Pío y el cardenal Ottaviani habían puesto en guardia al P. Villa, fue elegido Papa, bajo el nombre de Pablo VI. Luigi Villa escapó a seis atentados contra su vida! Describe los orígenes judíos de ese papa, y publicó fotografías inéditas sobre la tumba de su madre, Judith Alghisi Montini, adornada con representaciones masónicas. Don Luigi Villa, que no dudaba en manifestar sus convicciones revisionistas, sostuvo su último combate, y el más largo, contra la beatificación de Pablo VI. Es como homenaje a este sacerdote especialmente valeroso que propongo este informe a la atención pública, elaborado a partir de los trabajos que constituyen su trilogía contra Montini: Paolo VI beato?, Paolo VI Processo a un Papa, la Nuova Chiesa de Paolo VI., así como de la edición del 13 de Abril 2013, apoyándose sobre los testimonios de autores y de investigaciones personales.

En 2006, la Doctora Randy Engel, célebre periodista de investigación norteamericana, en su libro “The rite of sodomy, homosexuality and the Roman Catholic Church”, en el que denuncia sin paños calientes la homosexualidad de Montini.
Robin Bryans, escritor irlandés y abiertamente homosexual, indica en su autobiografía que su amigo Hugh Montgomery ha sido amante del joven Montini, al tiempo en que éste último recibe el título de Pro-secretario de Estado (asuntos políticos y diplomáticos de la Santa Sede), de Noviembre 1952 a Noviembre 1954, bajo Pío XII.
Roger Peyrefitte, escritor francés y ex¬embajador , aborda igualmente la homosexualidad de Pablo VI, defensor de los “derechos de los homosexuales”, en una entrevista concedida en 1976 a D.W. Gunn y J. Murat, como representantes de Gay Sunshine Press, divulga la vida disoluta del arzobispo de Milán, (diócesis más importante de Italia). Desde 1954 hasta 1963, Montini frecuenta los burdeles de jovencitos.
Esta entrevista será reproducida por la revista italiana Tempo. El 26 de Abril 1976, el Vicario de Roma y la conferencia episcopal italiana (fundada en 1952 y responsable de las normas litúrgicas y de tareas administrativas eclesiásticas) fijan un día de reparación universal, el Domingo de Ramos. Desde su balcón, el “papa” pretende que está siendo víctima de calumnias, sin aportar más precisiones.

EL ACTOR ITALIANO PAOLO CARLINI: AMANTE DEL “PAPA”

En “O Vatican! A slightly wicked view of the Holy See (O Vaticano! Una opinión ligeramente malvada de la Santa Sede), editada en 1984, Paul Hoffman, antiguo corresponsal ante el Vaticano por cuenta del New York Times, revela que un célebre actor italiano Paolo Carlini, visitaba Pablo VI, y penetraba en sus apartamentos pontificios.
El escritor Franco Bellegrandi, exmiembro de la Guardia Noble Pontificia, cuenta que en 1994 en su obra “Nichitaroncalli, controvita di un Papa” (Nikitaroncalli, la vida oculta de un Papa) que la homosexualidad de Montini no es más que un secreto a voces: Ha sido arrestado en Milán, de noche, por la policía, vestido de civil, y en más que dudosa compañía. El escritor relata que está ligado a un actor que se tiñe el pelo como pelirrojo, y que no esconde su relación con el Papa. Un oficial del servicio de seguridad del Vaticano, el preferido de Montini, también disfrutó de la autorización para entrar y salir a placer del apartamento del Papa, usando el ascensor privado, y en mitad de la noche.

El Padre Georges de Nantes, fundador de la Liga de la Contra-Reforma católica, en su número de Junio-Julio 1969 de The Catholic Reformation in the XXth Century, refuerza las acusaciones de homosexualidad en contra de Pablo VI. Apoyándose sobre los escritos de Paul Hoffman, se refiere a un cardenal no italiano, “un hombre simpático de ojos penetrantes”, que Pablo VI va a colocar en un puesto clave, y que, en los aledaños del Vaticano, tiene fama de pedófilo. El P. De Nantes refiere un episodio sucedido el 20 de Junio 1963, en vísperas del Cónclave del que saldrá elegido Montini. Un sacerdote de la basílica de San Pablo extramuros (una de las cuatro basílicas mayores de Roma junto con las de San Juan de Letrán, Santa María la Mayor, y San Pedro de Roma), le informa de que la sección Moral de la policía de Milán posee un informe sobre Montini. Años más tarde, el P. de Nantes se dirige a Juan Pablo II en estos términos, acerca de los trabajos preparatorios de la beatificación de Montini: “Tras el escándalo de la elección de un homosexual al trono de san Pedro, que ha envenenado la Iglesia, Ud, Santo Padre, querría exaltar al desgraciado Pablo VI a la gloria de los altares y ofrecer sus huesos como reliquias expuestas a la veneración de los fieles? Esto es totalmente imposible!

En su obra “Vatican II, Homosexuality and pedophilia, Atila Sinke Guimaraes retoma el testimonio de Franco Bellegrandi. El escritor brasileño expone que en Milán, ha sido sorprendido “in fraganti” por la policía local, en una calleja nocturna. El arzobispo frecuenta los burdeles masculinos que allí se encuentran. El exguardia vaticano describe también el proceso de colonización homosexual incoado desde el inicio del Pontificado de Juan XXIII, y que se acentuará bajo el dominio de Montini. Bellegrandi desvela que viejos y honorables empleados del Vaticano son jubilados o colocados en otros puestos, con el fin de hacer sitio para los “cofrades” de Montini. Esclavos de los mismos vicios, otorgan a su vez importantes puestos a sus favoritos, “jovencitos afeminados”. Bellegrandi revela que apenas instalado sobre el trono de san Pedro, Montini se ve sometido a chantaje por parte de la masonería italiana.

MONTINI CONSIENTE  EN ASESINAR A SACERDOTES:

A cambio de su silencio sobre los encuentros secretos del arzobispo Montini en un hotel suizo, para encontrar aquí su amante actor, los masones exigieron al papa la supresión de la tradicional prohibición de la incineración de los difuntos. Pablo VI se apresuró a dar satisfacción a los deseos de las logias. Bellegrandi hace notar que su homosexualidad lo hace vulnerable a las presiones ejercidas por los servicios secretos británicos (MI5) y soviéticos (GRU), ya durante la II Guerra Mundial. El escritor menciona que los servicios secretos británicos y americanos (OSS) no ignoraban nada de sus desviaciones sexuales y que se servían de ellas para obtener su colaboración, con el fin de que hiciera funcionar las redes vaticanas y aliadas. Tras el conflicto, un joven parisino que trabaja como intérprete del Vaticano da testimonio de que los soviéticos también exigen a Montini, en tiempos de Pío XII, que entregue los nombres de los sacerdotes que el Vaticano envía clandestinamente en los años 50 detrás del Telón de acero. En cuanto esos sacerdotes traspasan la frontera, son inmediatamente detenidos por la policía secreta y enviados al gulag, cuando no fusilados ahí mismo. Montino hace transitar informaciones para el Partido Comunista Italiano, cuyo presidente, Palmiro Togliatti, es un buen amigo suyo. Informado de estas fugas, Pío XII destituye a Montini en Noviembre 1954.

No cabe ninguna duda de que Pablo VI desempeña un papel clave en la ascensión del “colectivo homosexual” en el seno de la Iglesia Católica. Su actuar se revela como decisivo en la selección y progreso de varios notorios miembros de la jerarquía eclesiástica católica. Dos años después de su ordenación sacerdotal, en 1952, el futuro cardenal Joseph Bernardin viene a ser nombrado secretario personal del vicario de Charleston, Mons. John Joyce Russell. Entre sus amigos más cercanos, encontramos a Frederick Hopwood, un pedocriminal acusado de un centenar de casos de acoso sexual; Justin Goodwin y Paul F. Seitz, que abondonan el sacerdocio tras ser revelada su implicación en escándalos pederastas. En 1968, Bernardin es elegido Primer secretario general de la Conferencia episcopal americana. Sus más cercanos colaboradores son John Muhig, abiertamente homosexual, John Willig, célebre por esa misma orientación; Michael J. Sheenan, arzobispo de Santa Fe, diócesis conocida como vertedero de clérigos pedocriminales.

En 1972, Pablo VI nombra a Bernardin arzobispo de Cincinnati, (Ohio). Su auxiliar es John R. Roach. Durante decenios, Bernardin y Roach dominan la conferencia episcopal norteamericana; primero directamente, en su cualidad de presidente y secretario, y luego, por medio de clérigos adictos promovidos al episcopado. Cuentan con la ayuda de Jean Jadot, delegado apostólico en los Estados Unidos de 1973 a 1980 por voluntad de Pablo VI. Estos tres prelados tiene la misión de escoger entre los candidatos al episcopado los más acordes con la visión posconciliar de pablo VI, así como de sostener al “colectivo homosexual” con el fin de tapar los escándalos pedofílicos de Bernardin.

JUAN PABLO II NOMBRA AL PEDOCRIMINAL BERNARDIN ARZOBISPO DE CHICAGO.

En 1982, Juan Pablo II nombra a Bernardin arzobispo de Chicago,el cual funda la asociación diocesana de homosexuales, la AGLO (archidiocesan gay and lesbian outreach). Bernardin acalla todos los escándalos sexuales de los sacerdotes de su diócesis. Pero el 30 de mayo 1984, el organista Francis Pellegrini es enontrado muerto en su apartamento, La posterior investigación es conducida por dos investigadores que descubren toda una red clerical de pedófilos y homosexuales en pleno corazón de la archidiócesis de Chicago.
En 1987, intentan en vano comprar a Jeanne Miller, para que no dijera nada en contra del Rev. Robert E. Mayer. Que había abusado en 1983 del hijo de ésta, entonces de trece años. Varias víctimas declaran haber sido abusados y violados por este hombre de iglesia cuando eran adolescentes. Mayer será condenado a 13 años de cárcel. La diócesis de Chicago se declaró sorprendida por tales acusaciones. Sin embargo, en los años 60, en el seminario, Mayer se gana el sobrenombre de Satán debido a sus proclividades sexuales, hasta llegar a escribir sus tesis sobre la masturbación.
En 1989, en otro asunto, pero siempre en el ámbito de las prácticas pedófilas, el Rev. Robert Lutz se ve obligado a presentar la dimisión.
El 12 de Noviembre 1993, el exseminarista Steven Cook acusa públicamente a Bernardin de haberlo violado. La radio vaticana reacciona inmediatamente en defensa del cardenal. El Secretario de Estado Angelo Sodano expresa su apoyo al prelado por parte del Santo Padre, Juan Pablo II. En la reunión de la Conferencia episcopal del 15 de Noviembre 1993, el cardenal recibe la ovación de 300 obispos que demuestran de esa manera su fidelidad al cardenal pedocriminal. El proceso de Bernardin prosiguió, mientras que Steven Cook, enfermo de Sida, y cercano a la muerte, jamás retiró sus acusaciones contra Bernardin.

LOS FUNERALES DE MONS. BERNARDIN EN UNA CATEDRAL MASÓNICA

Ese mismo 12 de Noviembre 1993, una mujer que se presentaba bajo el seudónimo “Agnes” divulga que en otoño 1957, en Greenville, Carolina del Sur, había sido rescatada de una ceremonia satánica rodeada de blasfemias y de perversiones sexuales, en las que participaba John Joyce Russell, obispo de Charleston. La misma “Agnes” acusa al Card, Bernardin de haberla violado cuando sólo tenía 11 años, en el marco de una ceremonia oculta. Su padre, miembro de una secta satánica, había organizado el evento y la había ofrecida como plato fuerte de la ceremonia. Bernardin murió el 14 de Noviembre de 1996. A sus funerales, celebrados en la Holy Name Cathedral de Chicago, adornada con simbología masónica, viene invitado el coro homosexual Windy City Gay Chorus. Perfectamente adecuado para el cardenal más influyente de Estados Unidos, y candidato a convertirse en el primer Papa norteamericano.
En 2002, estalla el escándalo del seminario del Inmaculado Corazón de María, en Winona, Minnesota. Un grupo de prelados ha fundado una red de obispos pedófilos en el interior mismo del seminario. Según el informe de una investigación llevada a cabo por The Roman Catholic Faithful, los implicados son el difunto Bernardin, John Roach, Robert Brom, y un cuarto obispo cuya identidad jamás se llegó a saber. Uno de los seminaristas declara que las actividades homosexuales en el seminario consisten en rituales satánicos. Varios de ellos declaran que el arzobispo Bernardin se presentaba con un joven compañero llamado Steven Cook!
En 1967, Pablo VI nombra cardenal a Terence James Cooke, arzobispo de Nueva York. En 1978, en la diócesis de Brooklyn, se funda la St Matthew Community, una comunidad católica de homosexuales! En sus estatutos entre otros artículos pro-gay, el X estipula que la vida es en unión gay. La St Matthew Community fue miembro de la Catholic Coalition for Gay Civil Rights.

EL CARDENAL WRIGHT: HOMOSEXUALIDAD Y B’NAI B’RITH

El Card. John Wright frecuentó el Pontificio Colegio norteamericano de Roma, en que fue ordenado sacerdote en 1935. Esta institución de enseñanza superior acoge a los seminaristas de la Iglesia Católica Romana, particularmente los procedentes de Norteamérica. En 1943, Wright asumió la función de secretario personal del Card. O’Connell, y del secretario Richard Cushing, que fue consagrado obispo auxiliar cuatro años más tarde. Cushing, que proclamaba que el dogma de la Iglesia “Fuera de la Iglesia no hay salvación” era un absurdo, era designado en 1956 como “hombre del año” por la alta masonería judaica conocida como B’nai B’rith, con la que el homenajeado se gloriaba de tener una estrecha alianza. Em 1957, la sesión de Worchester del mismo B’nai B’rith le otorgó otro premio por sus obras a favor de la comunidad judaica. Mientras tanto, la homosexualidad de Wright era tan notoria que ya no era un secreto para nadie en las diócesis de Boston, Worcester o Springfield.
Guionista y escritor de novela negra, William Riley Burnett (1899-1982) cuenta que su tío, el Rev Raymond Page, sirvió bajo el obispo Wright en Worcester y frecuentaba una casa de vacaciones situada sobre el borde del lago Hamilton, Massachusetts, de la cual Wright era visitador clandestino. Burnett evoca los abominables abusos sexuales a los que Wright sometía a su tío, adolescente, desde 1952 hasta 1955. Bajo el mando de Wright, la diócesis de Worcester adquirió la reputación de ser un paraíso para los sacerdotes pedófilos. Los principales abusos sexuales de los clérigos ligados a Wright habían suscitado inquietantes preguntas sobre sus “artes mágicas” y sobre un importante movimiento ligado a la cábala y al ocultismo, operando en las diócesis de Worcester, Springfield y Boston. ¿Y dotado de una privilegiada relación con el núcleo duro del B’nai B’rith?
En 1959, Wright consigue ser nombrado obispo de Pittsburgh. No bien instalado allí, funda un centro de oratorianos compuesto de sacerdotes y seminaristas, y que se convertirá rápidamente en campo abierto a los homosexuales. El escándalo sólo será descubierto en 1993, muchos años después del anuncio del Concilio por Juan XXIII en 1959. Wright había sido asignado a la Comisión Teológica de la comisión preparatoria del Concilio, con la importante responsabilidad de promover en se seno la “libertad religiosa” y el ecumenismo. Como recompensa, será nombrado cardenal por Pablo VI en 1969. Morirá en Boston en 1979.
Formado por los benedictinos, el arzobispo Rembert George Weakland conoce a Montini en 1956, En 1963, es elegido Padre Abad de Saint Vincent, y más tarde, abad Primado de la confederación benedictina, el 29 Septiembre 1969, del que dimitirá 10 años más tarde para convertirse en arzobispo de Milwaukee. Mientras tanto, Pablo VI lo promovió a consultor de la Comisión para la sagrada liturgia del Concilio Vaticano II.; y en 1977, lo designa como para Milwaukee, dándole la oportunidad de convertirse en el referente del ala más liberal del episcopado norteamericano, y el primer bienhechor del “colectivo homosexual” dentro de la (pseudo) iglesia católica norteamericana.

450.000 DÓLARES POR EL SILENCIO DE UNA VÍCTIMA

El arzobispo Shares es autor del artículo “Who is our Neighbour?” (¿Quién es nuestro prójimo?) , aparecido en el semanal Catholic Herald Citizen del 19 de Julio 1980. Es fundador de la organización Milwaukee Aids Project que promociona el uso de preservativos, la homosexualidad, la sodomía, la masturbación, el sadomasoquismo consentido, los juegos sexuales, la celebración de Misas para homosexuales, la instrucción sexual para los niños pequeños y la puesta a disposición de jeringuillas nuevas para los drogadictos. El 2 de Abreil 2002, con 75 años, presenta su dimisión, que la Santa Sede rechaza. Más tarde, el 23 de Mayo 2002, la cadena ABS News, en Good Morning America, difunde las acusaciones de homosexualidad realizadas por el civil Paul Marcoux abusado por Shares cuando contaba 30 años. La archidiócesis de Milwaukee había propuesto 450.000 dólares a cambio del silencio de Paul Marcoux. La popularidad de la emisión televisiva obligó a la Santa Sede a aceptar la dimisión.
El 17 de Enero 1977; Pablo VI nombra a James S. Rausch obispo de Phoenix. Desde su toma de posesión, los casos de violencias sexuales aumentan. El monje benedictino A.W. Richard Sipe, que estudió en el seminario St. John, Minnesota, frecuentó allí a Rausch, al principio de los años 60. Confirma que tenía “una vida sexual activa”. En 2002, Brain O’Connor, habitante de Tucson, con cuarenta años, hace públicos detalles de los abusos sexuales que Rausch le hizo objeto (haciéndose por entonces llamar Paul), cuando sólo tenía 17 años.

GUILFOYLE NOMBRADO PARA LA CONGREGACIÓN PARA LAS CAUSAS DE LOS SANTOS

En 1964, el obispo George Henry Guilfoyle es consagrado obispo auxiliar de Nueva Ork, En 1968, se convierte en el cuarto obispo de Camden, en el estado de Nueva York. En 1969, Pablo VI lo designa para presidir la Congregación para las causas de los santos. El 10 de marzo 1998, un sacerdote de la diócesis de Camden, Mons. Salvatore Adamo, antiguo director del Catholic Herald, transmite al gabinete jurídico de Stephen C. Rubino una deposición de seis páginas acompañada por otro anexo de ocho páginas. Éste es en realidad la correspondencia que ha mantenido con su superior, el obispo James T. Mc Hugh. Esta documentación revela los trágicos hechos de pedofilia y abusos sexuales verificados en su diócesis, y acusa al obispo de ésta de homosexualidad. Mons. Adamo denuncia al Rev Patrick Wester, ya condenado por dos veces por crímenes pedófilos. Mons. Guilfoyle lo había defendido y lo había tomado como director espiritual.
Francis Mugavero es el quinto obispo de Brooklyn. En 1973, Pablo VI lo nombra consultor del Comité vaticano para la unidad de los cristianos. Miembro del Comité Internacional para las relaciones entre los católicos y los judíos, en 1976, Mugavero publica una pastoral titulada “Sexuality, God’s gift” (Sexualidad, don de Dios) en la que hacía la apología de la homosexualidad.
En 1978, Pablo VI hace de Hubert Hart el sexto obispo de Cheyenne. El primer caso de acusaciones por violencias sexuales se remonta a 1989. En 1969, ya había abusado de un estudiante de Saint Regis, cerca de Pittsburgh. Otra vez encartado por abusos sexuales sobre Kevin Hurter, adolescente de 14 años, el cual, traumatizado, caerá en la droga y el alcohol, hasta su muerte en 1989. En 1993, el obispo delincuente pasará por un período de evaluación psiquiátrica en Sierra Tucson, en Arizona. Pero conseguirá retener la administración de su diócesis. El 21 de Enero 2004, un documento jurídico de 210 páginas en las que cabían nada menos que 75 causas de acusación fue remitido al Procurador Rebecca Randles. Nueve víctimas civiles y dos sacerdotes acusaban al obispo Hart de abusos sexuales. Prueba que éste pertenecía a una red pedófila.

“LA HOMOSEXUALIDAD NO ES PECADO”

El obispo Howard James Hubbard fue ordenado sacerdote en el Pontificio Colegio norteamericano de Roma, En 1977, Pablo VI lo nombra obispo de Albany, capital del Estado de Nueva York. En esta diócesis, al mismo tiempo que el neo-electo va haciendo desaparecer sistemáticamente las representaciones de los dogmas católicos, se van sucediendo una increíble cantidad de escándalos: Sacerdotes que viven como amantes homosexuales, algunos muriendo de sida, una monja lesbiana que se hace inseminar artificialmente, mientras que otro cura se hace una operación de cambio de sexo. En ese ambiente, por supuesto, los abusos sexuales contra menores son legión. En 2004, el obispo Hubbard es abiertamente acusado de homosexualidad con partenaires laicos y clérigos. En 1978, un joven llamado Thomas Zalay ya había tenido que sufrir relaciones no consensuales con el dicho obispo. Éste pretendía que “la homosexualidad no es pecado” pretendiendo convencer con ello a su víctima. También él traumatizado, Thomas Zalay se suicidará en Febrero 1978. El mismo año, en el curso de una conferencia de prensa, otro joven denunciará haber sido objeto por dos veces de abusos sexuales en el Washington Park. La esposa de un policía que trabaja en el Departamento de Policía de Albany refiere cómo su marido sorprendió al dicho sujeto en un coche dentro del mismo parque, con un chico vestido de mujer. Un sacerdote tradicional, el P. Minkler, acusa al obispo de ser el jefe de una red homosexual que opera en la diócesis de Albany. Sostiene que sacerdotes homosexuales son vistos regularmente en los ambientes gays de la ciudad. Cita las relaciones del obispo Hubbard con dos jóvenes sacerdotes, de vacaciones en la costa este, en Cape Cod, en compañía del obispo M.H. Clerck. Tras la recepción del informe Minkler, el cardenal O’ Connor propondrá en vano a Juan Pablo II privar a Hubbard de sus funciones.

JUAN PABLO II SE NIEGA A EXPULSAR A UN PEDOCRIMINAL

No cabe ninguna duda de que las actividades homosexuales de Pablo VI han contribuido al aumento de los casos de crímenes pedófilos en el seno de la jerarquía eclesiástica.
De entre los tres cardenales con los que el joven D. Luigi Villa mantenía contactos con el fin de combatir los ataques de la masonería, Pietro Palazzini (que hemos mencionado al principio de este documento) comunicaba al Vaticano los documentos más delicados. Antes de su muerte en el año 2000, afirma que tenía dos archivadores enteros dedicados a documentar las derivas sexuales de Pablo VI. Los más singulares venían constituidos por una docena de documentos de l’Ovra (la policía secreta de Mussolini) sobre la perversidad de Montini, sostituto para los asuntos ordinarios de la Santa Sede desde 1937.
Cuando, en Mayo 1992, en el curso de la 35º asamblea de los obispos italianos, Camillo Ruini, Cardenal-Vicario emérito de Roma, publicó un edicto sobre la beatificación de Pablo VI, don Luigi Villa llamó al Card. Palazzini, pidiéndole que interviniera ante el Postulador, oficial encargado del proceso de beatificación. El cardenal informó a Don Luigi Villa de que ya había enviado una carta, en la que se comunicaban los nombres de los tres últimos amantes homosexuales de Pablo VI. D. Luigi Villa dirigió una carta al Postulador: “El Card. Palazzini me ha comunicado los nombres de los tres últimos amantes homosexuales de Pablo VI”. Dado que el Postulador había anunciado su intención de proseguir los trabajos que debían culminar en la beatificación, don Luigi Villa anunció que redactaría un libro sobre ese personaje, cuya versión francesa, aparecida en 1999 se titula “Paul VI, Bienheureux?”. Con su valentía y perseverancia, impidió momentáneamente que se introdujera la causa de beatificación de Pablo VI, el “gran amigo” de Jean Guitton, como así lo escribía D. Luigi Villa.

BENEDICTO XVI Y LOS ACRÓBATAS DEL GAY CIRCUS

El 20 de Diciembre 2012, un mes después de la muerte de D. Luigi Villa, Benedicto XVI promulgó los decretos que reconocían las “virtudes heroicas” de Pablo VI. ¿Cómo extrañarnos? El 15 de Diciembre 2010, Benedicto XVI, en el curso de su audiencia hebdomadaria, admira con franca satisfacción un espectáculo acrobático ejecutado por personas especialmente seleccionadas por su sensualidad y homo-erotismo. Los cuatro hermanos Pellegrini que se muestran con el torso desnudo en la sala Pablo VI (presidida por la bien conocida escultura satánica que domina el sillón “papal”), habían participado en 2008 al Gay Circus de Barcelona.

El Vaticano intenta ahora atribuir a Pablo VI un milagro, con el fin de poder justificar su beatificación. El Postulador, P. Antonio Marrazzo, habría escogido el caso de un niño norteamericano todavía no nacido, y cuya madre, sabedora de que por la malformación congénita de su cerebro, no podría sobrevivir, habría confiado su supervivencia a la intercesión de Pablo VI, hace 16 años.!!! ¡Mons. Guilfoyle, pedocriminal perteneciente a la Congregación para las causas de los santos, no habría elegido mejor!

Así cuenta la prensa francesa esta proyectada Beatificación de Montini:

“Está claro que Benedicto XVI, que ya ha beatificado a Juan Pablo II en 2011 y que tiene una gran admiración por Pablo VI, estará personalmente muy feliz de poder proceder a la beatificación de este refinado intelectual en el que se reconoce plenamente.” (Le Figaro). “Papa de aperturas cuyo pontificado fue agitado por las controversias posconciliares, Pablo VI vería recompensado por Benedicto XVI su valiente servicio de quince años. Sus “virtudes heroicas” han sido reconocidas el jueves, primer paso hacia la beatificación. Treinta y cuatro años después de su muerte, Benedicto XVI ha firmado el decreto que proclama “venerable” a este Papa italiano de frágil estampa y grave rostro” (Le Parisien).

LAURENT GLAUZY

Anuncios

22 replies »

  1. Muy apreciado amigo James Stuart, le agradezco enormemente este comentario de Laurent Glauzy que no hace sino confirmar lo que ya se sabía: Montini-Pablo VI ha sido el personaje más funesto, odioso y nocivo para Ntra. Santa Madre la Iglesia Católica. Es imposible perpetrar mayores atrocidades que las que llevó a cabo este nefasto hijo de Satanás. Con su usurpación del papado y su posterior aniquilación sistemática y astutamente planeada de todo el tesoro espiritual de la Iglesia, Montini actuó verdaderamente como el falso profeta del Anticristo. Yo estoy convencido de ello. Me produce auténtico pavor y asco el ver la porquería y la depravación moral imperante hoy en el Vaticano, degeneración abiertamente alentada por los nuevos usurpadores. De todo esto responderán ante el Juez de jueces, Cristo Rey, pues el daño infligido ha sido incalculable, y las almas perdidas, incontables… Sigamos el buen combate, estimados Moinuman, James Stuart y demás miembros y seguidores de este blog, pues sabemos que la victoria es nuestra ya que luchamos en el Santo Nombre de Cristo. Que Montini, Wojtyla, Ratzinger y ahora Bergoglio sean anatema! Que su perfidia e hipocresía sean desenmascaradas por el bien de las almas! Esos chacales no son pastores, son lobos satánicos! Que los que aún tengan dudas abran los ojos y se convenzan de lo que decimos aquí! Está en juego la salvación de sus almas. No se puede seguir a esos herejes satánicos y amadores de la mentira y la corrupción. Dios no está en ellos! Sigan la sana doctrina y no se separen nunca de la Santa Tradición y el Magisterio de Ntra. Madre la Iglesia. No hay mutación ni cambio en Dios, como tampoco lo hay en los dogmas y la liturgia que los sucesivos vicarios de Cristo desde San Pedro hasta S.S. Pío XII han conservado intactos. Que el Buen Dios nos libre de los escandalosos y los innovadores, pues ellos son, como decía San Pío X, los enemigos del pueblo y de las almas. LAUS DEO

    Me gusta

  2. La homosexualidad sí es pecado:

    “Así pues, Dios los ha entregado a pasiones vergonzosas. Sus mujeres han cambiado las relaciones naturales del sexo por usos antinaturales; e igualmente los hombres, dejando la relación natural con la mujer, se han abrasado en deseos de unos con otros. Hombres con hombres cometen acciones ignominiosas y reciben en su propio cuerpo el pago merecido por su extravío” (Rom 1, 26-27)”.

    Por eso se ha cumplido la profecía del Apocalipsis al convertirse el Vaticano en “mansión de Demonios”.
    La Iglesia fiel, que conserva el Dogma, está fuera de dicha mansión de Demonios.

    Me gusta

  3. Con permiso del moderador del blog, nuestro estimado hermano en la Fe moimunan, incluyo aquí un trabajo del Príncipe Scortesco, un personaje valiente que combatió denodadamente contra Montini-P6 y sus secuaces, llegando incluso a viajar hasta Concesio, localidad natal del pérfido hereje impostor y sodomita, en donde pudo comprobar con espanto cómo la página del registro de la iglesia en la que debía estar el certificado de bautismo de Montini había sido arrancada. Por tanto, el maldito masón ni siquiera habría sido bautizado, al menos nos queda esa duda, y en caso de duda, ya se sabe… Paul Scortesco llegó hasta a interrogar a miembros de la familia de Montini en su afán por descubrir los orígenes de este asesino de almas, lo cual le costó muy caro. Fue quemado vivo mientras dormía por los hijos de las tinieblas, instigados por Montini. Que Dios le conceda el descanso eterno!
    El texto está en francés, espero que no les resulte demasiado complicado entenderlo. À bientôt, mes chers frères et soeurs dans Jesús et Marie!

    Me gusta

  4. PAUL SCORTESCO – MORT BRÛLÉ VIF (Assassinat) le 4 septembre 1976 parce que témoin gênant de la VÉRITÉ !

    L’ÉGLISE CONDAMNÉE

    PUBLICATION POSTHUME. «LUMIERE»

    CHAPITRE I – L’ÉGLISE CONDAMNÉE A MORT

    Je récidive… Rien à faire ! Je croyais pourtant avoir dit tout ce que j’avais à dire… Eh non, les événements se précipitent ! Et ne pas continuer à combattre quand l’Église est de plus en plus menacée, c’est déserter, c’est forfaire à l’honneur envers sa propre Mère, envers l’Épouse de Notre-Seigneur Jésus-Christ… Ne pas la défendre quand elle est condamnée à mort – et nous le verrons comment et pourquoi – c’est se rendre complice du plus abominable crime de l’histoire de l’humanité.

    J’exagère ? Je ne fais encore que constater des faits. De nouveaux faits. Sans la moindre enflure, mais sans céder à la veulerie qui est de rigueur en ce moment; j’ai simplement le courage de les regarder en face, de les voir en toute leur ignominie. Sans les voiler et les diminuer, de peur de déplaire…

    Mais si vous ne voulez pas en être informé, cher lecteur, fermez cette plaquette ! Ne continuez pas à la lire. Vous perdriez
    votre temps. Mais vous feriez partie de ces catholiques qui veulent ignorer cette condamnation à mort de leur Église. Et c’est là une résignation suicidaire !

    Peut-on rester, en effet, indifférent en face de la suspension a divinis de Mgr Marcel Lefebvre ? Car avec lui, n’est-ce
    pas l’Église même qui a été SUSPENDUE ? N’est-ce pas à Écône qu’elle s’est réfugiée ? Oui, l’Église est condamnée. Par qui ? Par ses ennemis qui depuis 1789 ont tout fait pour la tuer ? Diantre, non ! Cette fois-ci, et plus que jamais, par ceux-là mêmes qui n’ont d’autre mission que de la défendre.

    Je dis «plus que jamais» parce que, au temps de l’arianisme, quand la hiérarchie contestait la divinité du Christ, Rome n’est pas allée jusqu’à vouloir instaurer une nouvelle religion, celle de l’Homme à la place de Dieu fait homme ! Et elle avait gardé la messe des martyrs, des apôtres et des saints ; elle ne l’avait pas remplacée par une «nouvelle eucharistie» qu’on n’ose même pas appeler messe aujourd’hui !

    Oui, c’est plus grave que jamais parce que Paul VI va plus loin que le pape Libère en se déclarant en accord avec les évêques qui expulsent de leur paroisse les prêtres qui refusent «l’eucharistie qui fait simplement mémoire» de la nouvelle religion. Il ne s’oppose même pas aux évêques qui les expulsent avec la police, comme ce Mgr Paul Grégoire l’a fait pour l’abbé Yves Normandin, de sa paroisse Sainte-Yvette de Montréal.

    Paul VI est donc en communion avec ces évêques, mais en total désaccord avec Mgr Marcel Lefebvre; il le suspend a
    divinis parce qu’il a le tort de vouloir rester fidèle à l’Église catholique et romaine. Et quand, en outre, il condamne les prêtres
    ordonnés à Écône, alors là, il n’y a plus le moindre doute; Paul VI jette bas son masque : il veut condamner à mort l’Église. Car sans prêtres, sans de véritables prêtres, point d’Église !

    C’est clair et net : EN CONDAMNANT ÉCÔNE, C’EST L’ÉGLISE AVEC TOUTE SA TRADITION QU’IL A CONDAMNÉE.

    Ah, quel abîme, quel schisme profond sépare Paul VI de saint Pie V ! Aucune continuité, aucune parenté entre la Bulle Quo primum tempore de saint Pie V qui a respecté même, comme le remarque Jean Madiran, les rites anciens, dominicain, lyonnais, ambrosien, avec la suppression totale de Paul VI, non seulement de la messe romaine, mais de ces rites mêmes ! Au nom de quoi ? D’un rite fabriqué par six protestants et un franc-maçon, Mgr Bugnini. Au nom de quoi encore? Au nom de son «autorité qui vient du Christ». Condamner l’Église de Jésus-Christ, avec son passé deux fois millénaire, au nom de Jésus-Christ ! Magnifique !…

    * * *

    (Continuará)

    Me gusta

  5. L’état de l’Église actuelle ressemble à celui des pays occupés par les communistes qui remplacent leur véritable hiérarchie par des hommes soumis à leurs ordres et qui persécutent les fidèles qui leur résistent. C’est le même sort qui attend les prêtres et les fidèles catholiques qui résistent aujourd’hui à la contre-hiérarchie nommée et maintenue par Paul VI.

    Ce qui rappelle les paroles de Notre-Seigneur : «Ils vous exclurons et même l’heure viendra où quiconque vous mettra à mort s’imaginera rendre un culte à Dieu». Car les maîtres actuels de l’Église ne lui appartiennent pas; c’est pourquoi, tout et partout, est préparé pour éloigner et exclure les prêtres et les fidèles qui lui appartiennent, ces maîtres leur imposant la clandestinité héroïque des premiers chrétiens !

    Mais à qui appartiennent-ils ces maîtres ? Car ce que nous voyons dans l’Église sur le devant de la scène n’est qu’un jeu de marionnettes dont les fils sont tenus dans les mains des personnages cachés : un grand nombre d’évêques ne font qu’exécuter les ordres venus du fond de Loges ; ces Loges qui ont condamné à mort l’Église au nom de l’oecuménisme
    maçonnique pour lequel Paul VI et sa hiérarchie se démènent depuis qu’ils sont au pouvoir.

    Est-ce possible ? Eh oui, on ne peut plus douter depuis que les marionnettes qui remplacent la véritable hiérarchie de
    l’Église sont démasquées : ce sont des francs-maçons choisis par Paul VI après avoir éloigné la hiérarchie qui entourait Pie XII au Vatican. Ces francs-maçons furent dépistés récemment par une revue italienne bien documentée SI, SI – NO, NO de juin 1976, siégeant via Angnina 289 à Grottaferrata-Roma; puis cette liste de francs-maçons qui mènent l’Église a été reproduite par l’excellente revue française INTROÏBO de juillet 1976 et dans le Bulletin de l’Occident Chrétien de Pierre Fautrad. Il n’y a eu aucune contestation de cette liste. Et pour cause…

    Rappelons-là parce que tous les fidèles n’ont pas lu ces trois revues :

    Sebastiano Baggio, préfet de la Congrégation des évêques, franc-maçon depuis le 14 août 1957 ;

    Agostino Casaroli, secrétaire pour les Affaires étrangères, le diplomate préféré de Paul VI, franc-maçon depuis
    le 28 septembre 1957 ;

    Florenzo Angelini évêque de Messene, franc-maçon depuis le 1 octobre 1957 ;

    Pasquale Macchi, secrétaire particulier de Paul VI, franc-maçon depuis le 23 avril 1958 ;

    Virgilio Levi, vice-directeur de l’Osservatore Romano, franc-maçon depuis le 4 juillet 1958 ;

    Alessandro Gotardi, archevêque de Trente, franc-maçon depuis le 13 juin 1959 ;

    Franco Biffi, chapelain de Paul VI et secrétaire général de l’Université pontificale de Latran, franc-maçon depuis
    le 15 août 1959 ;

    Nicholo Pelegrini, cardinal-archevêque de Turin, franc-maçon depuis le 2 mai 1960 ;

    Francesco Marchisano, sous-secrétaire de la Congrégation pour l’éducation catholique, franc-maçon depuis
    le 4 février 1961 ;

    Virgilio Noè, maître des cérémonies pontificales, sous-secrétaire de la Congrégation pour le culte divin, francmaçon
    depuis le 3 avril 1961 ;

    Annibal Bugnini, franc-maçon depuis le 23 avril 1963, éloigné parce que trop voyant, mais avancé en grade comme Pro-Nonce apostolique en Iran ;

    Jean Villot, cardinal, secrétaire d’État, franc-maçon depuis le 6 août 1966 ;

    Léon-Joseph Suenens, cardinal-archevêque de Malines et grand protecteur de l’hérésie pentecôtiste, francmaçon depuis le 15 juin 1966 ;

    Ugo Poletti, cardinal-vicaire de Rome, franc-maçon depuis le 17 février 1969 ;

    Mario Brini, évêque d’Algeza et secrétaire de la Congrégation pour les Églises orientales, franc-maçon depuis le 13 juillet 1969 ;

    Mario Rizi, prélat de la Congrégation pour les Églises orientales, franc-maçon depuis le 13 mars 1969 ;

    Pio-Vinto Pinto, officier du Tribunal suprême de la Signature apostolique, franc-maçon depuis le 2 avril 1970.

    Le Vatican est donc devenu une Loge maçonnique, la plus importante et la plus dangereuse, parce que la plus hypocrite et la mieux camouflée.

    Et l’on sait aussi que le métropolite Athénagoras Ier que Paul VI est allé serrer dans ses bras à Jérusalem avait le haut
    grade «33è» du Rite Écossais. Et l’on connaît aussi les relations de Paul VI avec les membres de la Loge B’naï-Brith où
    seuls les juifs peuvent entrer, ces pires ennemis de l’Église que Paul VI a reçu plusieurs fois au Vatican, alors qu’il a toujours
    refusé de recevoir Mgr Marcel Lefebvre ainsi que les traditionalistes venus en pèlerinage à Rome. Tous ces faits ne sont-ils pas éloquents ?

    Mais on est moins bien renseigné sur les autres pays catholiques où les évêques-maçons doivent être presque aussi
    nombreux ; et quant à la France, on connaît par les journaux la réception dans la Grande Loge de Mgr Péséril, évêque coadjuteur
    de l’Archevêché de Paris, ainsi que la réception du R.P. Riquet dans la Loge de Laval.

    * * *

    (Continuará)

    Me gusta

  6. La loi selon laquelle les catholiques qui deviennent maçons sont excommuniés, existe toujours. Le canon 2335 du Code du Droit canonique est toujours valide. Par conséquent, CETTE HIÉRARCHIE, CES CARDINAUX, CES ÉVÊQUES, CES PRÉLATS, SELON LA LOI CANONIQUE, NE FONT PLUS PARTIE DE L’ÉGLISE. MAIS PAUL VI LES GARDE DANS L’ÉGLISE !

    Les Papes ont toujours excommunié les catholiques francs-maçons. Ainsi, entre autres, Clément XII dans sa Constitution
    In eminenti, Benoît XIV dans Providus, Pie VII dans Ecclesiam Christi, Léon XII dans la Bulle Quo graviora, Grégoire XVI dans Mirare vos, Pie IX dans Qui pluribus, Pie IX, encore, dans Quanta Cura, le Syllabus et Apostolicae Sedis, Léon
    XIII dans Humanum genus, etc.

    Depuis Clément XII jusqu’à Jean XXIII on compte 79 documents condamnant la franc-maçonnerie. Il est donc certain, d’une certitude absolue, que Paul VI s’est séparé des Papes qui l’ont précédé. Comment appelle-ton cette séparation ? Et ce mur de séparation ne monte-t-il pas jusqu’au ciel ?

    Qu’il ait voulu imposer son oecuménisme maçonnique en s’opposant à toute la Tradition, cela prouve qu’il est sorti de la communauté catholique. Comment appelle-t-on ceux qui sortent de cette communauté, en répudiant le Canon 2335 ?
    Pourquoi cette excommunication ? Qu’est-elle la maçonnerie ? J’ai répondu à cette question en d’autres ouvrages, je
    ne ferai ici que mentionner trois citations du grand connaisseur de la FM, Léon de Poncins.

    Voici la première : «la FM a comme source tout ce qui s’oppose au cours des siècles à Rome : la légende d’Hiram, la Gnose, les Albigeois, les Cathares, les Templiers, les Juifs kabbalistiques et talmudistes». C’est là une fameuse reculade de
    l’esprit maçonnique de presque deux mille ans !…

    Voici la seconde : «La maçonnerie est une branche dégénérée de l’inquiétant syncrétisme religieux de la Gnose du Ier et du IIè siècle de notre ère». Et aujourd’hui ce syncrétisme religieux est imposé par Rome ! C’est Paul VI, le Simon, le Magicien, contre lequel s’est opposé le premier Pape, saint Pierre.

    Et voici la troisième. Léon de Poncins cite le méthodiste protestant, Penney Hunt, qu’on ne saurait accuser de fanatisme,
    les protestants pouvant entrer librement dans les Loges : «La F.M. est une coalition des anciennes croyances païennes contre la chrétienté ; ce sont les juifs kabbalistes qui ont contribué à la propagation secrète de ces anciennes hérésies dont la F.M. est une résurgence. Elle assume le rôle d’une église opposée à celle du Christ». Et, sous le règne de Paul VI, elle dirige l’Église du Christ !

    Comment est-elle parvenue à la diriger ? Ah, d’une manière géniale ! Diaboliquement géniale… Pour condamner
    l’Église à mort, Paul VI et sa hiérarchie maçonnique n’ont voulu rien brusquer ; ils ont choisi deux méthodes, pour ne pas
    inquiéter les fidèles, celle d’avancer à petits pas, et celle du double jeu pour attirer les traditionalistes.

    Je rappellerai ici, en vitesse, les sept petits pas qui avaient en vue dès le début, la condamnation à mort de l’Église, et
    qui ont préparé, peu à peu, le coup de grâce, le dernier pas du 24 mai 1976.

    Premier pas. Aucune importance : l’abandon de la soutane des prêtres catholiques. Il faut s’adapter au siècle ! Voyez les protestants… Pourquoi rappeler en ce monde matérialiste l’existence des hommes et des femmes voués au Christ ? Désagréable… Et puis pourquoi cette différence marquée entre le prêtre et le laïc ?

    Deuxième pas. Insignifiant : la table à la place de l’autel. Règle imposée en 1548 par la Réforme. Pourquoi ? L’autel évoque le Saint-Sacrifice, et la table la cène. II fallait penser d’avance à la messe de Paul VI, et brader donc aussi tout ce
    qui rappelle le sacré, ostensoirs, calices, custodes, crucifix, icônes… Comment condamner à mort l’Église en mettant en
    lumière son aspect sacré ?

    Troisième pas. La messe retournée : l’officiant tournant le dos à Dieu et face au peuple, à l’ «Assemblée»; il fallait penser à la future définition démocratique de la messe, le fameux Article VII. Mesure typiquement maçonnique.

    Quatrième pas. Suppression de la langue universelle. Ce n’est plus Thomas Cranmer, c’est Paul VI : «La compréhension de la prière est plus précieuse que les vétustes vêtements de soie dont elle s’est royalement parée». Plus de communion des fidèles sur toute la terre ; morcelons l’Église en autant de sectes que de langues !

    (Continuará)

    Me gusta

  7. Cinquième pas. Acrobatique. Apprenons aux catholiques de marcher sur la tête. Le laïcat devient sacerdotal, le clergé laïcisé. Le prêtre à l’usine, politicailleur et «prenant femme» comme lui conseille l’épître falsifiée de saint Paul. Et c’est au laïc de présider l’ «Eucharistie», de baptiser, de communier, d’enterrer… Encore un petit pas selon le voeu du Grand Orient : «Si les structures traditionnelles s’effondrent, tout le reste suivra : la prolifération des sectes locales, s’organisant démocratiquement, créant leurs dogmes, vivant indépendamment de Rome». Et vive le «PLURALISME» montinien !

    Sixième pas. L’Église était l’annonce de la Révélation. Qu’elle devienne l’annonce de la Révolution ! En effet, c’est bien cette Révolution qui est prêchée dans les Synodes, dans les Assemblées épiscopales – avec leur «libération de l’Homme» – dans les églises par le clergé qui suit ses maîtres à penser, tous les hiérarques maçons ou procommunistes, – avec la bénédiction, bien sûr, du Vatican actuel…

    Septième pas. Accompagné d’un coup de grâce. Victoire ! Ce dernier pas aboutissant enfin à ce que les autres poursuivaient : la condamnation à mort de l’Église par l’interdiction pontificale de sa messe de toujours. Et là, nous le verrons, il y a eu aussi une douce glissade jusqu’à l’interdiction affirmée nettement.

    En effet, pour commencer, Paul VI n’a pas interdit la messe catholique, mais tout en permettant son interdiction en France et en d’autres pays. En février 1975, les «visiteurs» du Vatican à Écône ont accusé Mgr Marcel Lefebvre de désobéissance au Vatican II et au Pape, mais sans faire la moindre allusion à la messe de saint Pie V. Et dans ses lettres de juin et de septembre 1975, Paul VI n’impose pas non plus l’interdiction de cette messe, n’ayant pas le pouvoir de l’interdire qu’au nom d’une loi magistrale, qu’il ne pourra jamais promulguer infailliblement.

    Or, dans son discours du 24 mai 1976, au Consistoire des nouveaux cardinaux, il a osé le faire, par un abus de pouvoir: «Au nom de la Tradition» (!) et en invoquant, je le rappelle encore, son «autorité suprême qui vient du Christ» il a interdit
    carrément la messe catholique et romaine. Il a fini par une déclaration abrupte et despotique, un vrai ukase : «Nous
    exigeons une prompte soumission à toutes LES RÉFORMES LITURGIQUES, disciplinaires, pastorales mûries ces dernières années en application des décrets conciliaires ».

    Voyons de plus près ces «réformes liturgiques, disciplinaires, pastorales» auxquelles Paul VI exige «une prompte
    soumission».

    Commençons par les réformes liturgiques. Elles furent expressément agencées pour que la messe devienne une mascarade qui varie d’un officiant à l’autre, pour qu’elle dégénère en un spectacle grotesque, avec jazz, danses, embrassades, hosties dans les poches ou promenées en des paniers par des jeunes filles… Cette subversion liturgique est, en effet, la condamnation à mort de l’Église, la messe étant le centre de gravité de la spiritualité catholique.

    En effet, au coeur du combat actuel se trouve la messe catholique. Paul VI ne veut plus que des prêtres soient ordonnés pour la célébrer. Il veut que cette messe disparaisse à jamais. Ah, si Mgr Marcel Lefebvre voulait y renoncer, tout s’arrangerait !

    C’est évident, personne ne peut plus en douter : Paul VI est en parfaite communion avec ceux qui ruinent la messe, en condamnant ceux qui veulent la garder.

    L’évêque de Rochester, Mgr John Fisher, fur condamné à mort par Henri VIII parce qu’il voulait maintenir la messe catholique.
    Il fut le seul évêque à s’opposer à la Réforme. Quatre siècles plus tard il fût canonisé. L’histoire se répète : Mgr M. Lefebvre est le seul évêque qui s’oppose à la messe protestantisée, une seule nuance séparant les deux cas : Paul VI ne peut lui couper la tête mais il veut le tuer moralement, ce qui est plus grave.

    Qu’auriez-vous répondu si, au temps de Pie XII, quelqu’un vous aurait dit : – «Bientôt un Pape se fera aider par six hérétiques et un franc-maçon pour rédiger une nouvelle messe et condamnera ceux qui la refuseront».

    – «Mais vous êtes fou, vous rêvez, c’est impossible, inimaginable !»… Et aujourd’hui, cette messe qui portait en elle le poison qui allait la tuer est acceptée, tout naturellement, par un grand nombre de fidèles…

    Jamais, au grand jamais, la messe de saint Pie V n’aurait pu dégénérer et mourir de cette manière ! Alors il fallait bien
    inventer une autre qui puisse le faire en vitesse !…

    Car elle est morte. Les célébrations dominicales sans prêtre se multiplient partout, dans tous les pays, et en France
    surtout en Normandie, en Provence et dans l’Ain : «Il s’agit bien de multiplier des “messes sans prêtre” afin de supprimer
    peu à peu la messe. Il s’agit d’arriver à la suppression du sacerdoce et, finalement, de la foi». Donc, plus
    de consécration qui transforme le pain et le vin au corps et au sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ : ON NE VEUT PLUS DE SA PRÉSENCE DANS L’ÉGLISE.

    Voilà les «réformes liturgiques» auxquelles Paul VI exige «une prompte soumission».

    (Continuará)

    Me gusta

  8. Passons maintenant aux «réformes disciplinaires et pastorales mûries ces dernières années en application des décrets
    conciliaires».

    Pendant que Paul VI suspend a divinis Mgr Marcel Lefebvre et les prêtres d’Écône pour crime de fidélité à l’Église de toujours, voici quelques exemples, entre mille, des «réformes» qui foisonnent sous son règne, et auxquelles les fidèles doivent se soumettre :

    Une belle réforme est proposée par le R.P. Moingt qui enseigne la catéchèse à l’Archevêché de Paris : «Les rites sacramentels
    paralysent la vie de l’Église en s’opposant d’avance à toute tentative de rénover; ils la figent dans la tradition du passé». Supprimons donc les sacrements ! Voilà un catéchiste, très apprécié, qui respecte la «discipline et la pastorale mûries ces dernières années»… Mûries ou plutôt pourries ?…

    Voici une enquête du progressiste Georges Hourdin qui n’a aucun intérêt, je vous l’assure, d’exagérer ; elle se trouve dans La Vie Catholique de mai 1976 : «Les prêtres admettent le mariage des divorcés (43%), l’avortement (8%), l’ordination des femmes (28%) ; ils ne croient pas à l’enfer (17%), ne croient pas aux preuves de l’existence de Dieu (39%). Quant à la messe, ce qui compte pour 61%, ce n’est pas Dieu, c’est le peuple : pas d’assistance, pas de messe».

    Mais c’est parfait ! Ils sont «disciplinés» ces prêtres qui se soumettent à la définition de la messe de Paul VI où l’Assemblée
    est la valeur suprême !…

    Encore un bel exemple de «prompte soumission aux réformes pastorales» est donné par un évêque comme Mgr
    Huyghe qui a déclaré le 16 mai 1973 que «le prêtre n’est pas celui qui fait des choses que les simples baptisés ne feraient
    pas»; il n’est pas plus «un autre Christ» que n’importe quel baptisé». Ces paroles dans la bouche d’un protestant
    n’auraient pas étonné ; mais d’un évêque catholique cela prouve qu’il n’est plus catholique, mais un fervent adepte de la
    nouvelle pastorale; et l’on comprend pourquoi Paul VI ne l’a jamais empêché de la prêcher.

    Dans le sens de la même pastorale une cérémonie a eu lieu le 13 mai 1965 à Saint-Paul-Hors-les-Murs de Rome, une
    sorte de cène sans consécration qui «si elle n’était pas présidée par un Pape aurait été condamnée par un autre Pape», écrit dans son dernier livre Jean Guitton de l’Académie Française et grand ami de Paul VI.

    Et l’Abbé Sulmont cite encore quelques lignes de ce livre dans son Bulletin de juin 1976 : «Le Pape m’écoutait raconter ma vie comme une suite d’hésitations entre deux appels, celui de l’Église la plus traditionaliste et celui du dialogue avec le monde le plus laïque».

    «Entre ces deux appels, écrit l’Abbé Sulmont, il semble bien que Guitton n’ait jamais pu choisir, et il exprimera successivement les deux positions extrêmes». Ainsi, p. 318, on lit : «Dans l’Église il y a maintenant la possibilité de considérer comme schismatique le Pape s’il s’écarte du sentiment général de l’Église».

    «Schismatique» ? Oh ! Une autre source d’informations le laisse penser de la part d’un Pape qui condamne les prêtres
    restés fidèles à l’Église catholique et romaine – les prêtres d’Écône – pendant qu’il ne prend la moindre mesure contre
    les énormes scandales, les profanations et les sacrilèges, les fantaisies et les pitreries de ceux qui suivent sa nouvelle religion.

    L’Abbé Mouraux les cite dans sa revue Bonum certamen. En voici quelques uns cités dans celle de juillet 1976 :

    «L’Archevêque de Bruxelles qui ne tient pas à se laisser distancer par ses collègues français dans la course à l’abîme, a permis l’installation d’un cabaret dans la crypte de la Basilique du Sacré-Coeur de Koelelberg. Ce nouveau Culte de l’homme a un tel succès que l’affiche que je possède recommande de retenir les places longtemps en avance. Mais il y a mieux encore : au Brésil, le Primat a célébré une messe pour l’anniversaire d’une Loge maçonnique. Et à Munich on vient de créer le premier centre d’espionnage de la nouvelle religion. On lit, en effet, dans le journal allemand D.R.M., n° 15, qu’au nom de l’Archevêque, le Vicaire général Gruber a publié un communiqué demandant à tous les prêtres de dénoncer ceux de leurs confrères qui célèbrent la messe de Saint Pie V, en une église ou en un appartement privé».

    N’est-elle pas émouvante cette soumission à la volonté de Paul VI, à ses «réformes liturgiques, disciplinaires, pastorales» ?

    Un autre exemple de soumission «aux orientations qui engagent le Pape lui-même» est, non seulement le Culte de l’homme, mais le Culte démocratique du Nombre; et c’est à ce Culte qu’on a rendu hommage, selon la revue INTROÏBO, de juillet 1976, à Notre-Dame-de-Paris, le Jeudi Saint de 1975 : «un repas sur une immense table avec quatre cents prêtres… En 1976, encore pire : mille cinq cents convives attablés avec le cardinal Marty»… Un Jeudi-Saint ? Affreux sacrilège…

    Encore un bel exemple de soumission aux «orientations» de Paul VI : au nom de son oecuménisme a eu lieu un rassemblement
    cacophonique d’une douzaine de religions dans la cathédrale de Laon; et Mgr Etchegarray ne veut-il pas ouvrir Notre-Dame-de-la-Garde aux musulmans ? N’est-elle pas touchante cette soumission ?

    (Continuará)

    Me gusta

  9. Ce clergé qui ne fait plus partie de l’Église catholique et romaine, c’est lui qui nous accuse, nous ses fidèles, d’être des schismatiques ! Et c’est pourquoi je vais m’employer à bien préciser cette notion de «schisme».

    Il existe deux cas bien différents. Le premier, quand l’Église est saine et sainte, si des catholiques s’en séparent, comme ce fut, par exemple, le cas des catholiques de Byzance au XIè siècle, alors ils font schisme; et c’est le cas de l’Église orthodoxe.

    Dans le second cas, quand l’Église – je veux dire les hommes d’Église – ne garde plus son dépôt sacré, comme, par
    exemple, ce fut le cas où régnait en elle la hiérarchie passée à l’arianisme – la négation de la divinité du Christ – alors là les catholiques, qui restent fidèles au dogme principal de l’Église, ne sont pas schismatiques : ce sont eux, et non la hiérarchie, qui représentent l’Église de Jésus-Christ.

    Saint Athanase l’a affirmé encore plus clairement : «Les catholiques fidèles à la Tradition, même s’ils sont réduits à une poignée, voilà ceux qui sont la véritable Église».

    Dire la messe comme cette «poignée» de prêtres qui la dit comme saint Thomas ou le saint curé d’Ars ne peut, en effet, conduire au schisme !

    Par conséquent, dans le cas actuel, si des catholiques s’opposent à la nouvelle religion d’origine maçonnique, au culte de l’Homme exalté par Paul VI en de si nombreuses déclarations, c’est bien avec eux, «même s’ils sont réduits à une poignée», que l’Église se trouve.

    C’est tellement évident qu’on a honte d’y insister… Mais je le fais parce qu’il existe, des traditionalistes mêmes, comme l’Abbé de Nantes, qui se contredit et nous traitent de schismatiques !

    Mgr Marcel Lefebvre déplaît à l’Abbé de Nantes comme à Paul VI et aux francs-maçons du Vatican. Mais on ne
    s’avise jamais de nous dire s’il déplaît à Dieu en restant fidèle à son Église. Oh, plaire à Dieu ! Voilà un schismatique impardonnable !

    Non, le schisme est ailleurs. Dans le même discours au Consistoire du 24 mai de cette année, Paul VI n’a pas oublié sa tactique du double jeu : après avoir accusé Mgr Marcel Lefebvre il s’en est pris aux progressistes et aux modernistes condamnés par les Papes, aux véritables schismatiques, en déclarant qu’ «ils ne sont pas nombreux, bien qu’ils fassent beaucoup de bruit». Pas nombreux ? Fichtre !

    C’est toute la nouvelle génération de prêtres qui suit ses «orientations», et toute la hiérarchie, qui n’est forte que de son impunité… Et avec laquelle, bien au contraire, il affirme d’être en parfaite communion, oui, en communion avec l’oeuvre de mort de cette hiérarchie, qui correspond donc à son esprit et à sa volonté, – mais nullement avec celui qui veut faire vivre et s’épanouir l’Église, sa messe et ses sacrements ! Avec le saint archevêque Mgr Marcel Lefebvre ! Ni avec lui, ni avec les prêtres et les fidèles – de plus en plus nombreux – qui combattent, au nom de Jésus-Christ et de la Sainte Vierge, la Synagogue de Satan qui a pris la place de l’Église… Ce Corps mystique de l’Antichrist, ce CORPS DE LA MORT, ouvert à tous les germes de décomposition, à tous les ennemis de l’Épouse de Notre Seigneur…

    C’est pourquoi la vérité qui crève les yeux est proclamée par Mgr Marcel Lefebvre : «L’Église conciliaire est une Église schismatique puisqu’elle rompt avec l’Église catholique de toujours».

    Et Paul VI qui ne tient son pouvoir que de la fidélité à l’Église et à sa tradition, ne veut-il pas détruire le dernier rempart
    de cette fidélité ?

    C’est donc par déférence et obéissance à une authentique hiérarchie que nous ne voulons pas suivre celle qui veut la
    mort de l’Église et pour laquelle la célébration de la sainte messe, codifiée et canonisée par un Saint Pape, est devenue
    le crime des crimes, le motif d’une persécution monstrueuse et universelle.

    Or, malgré toutes ces persécutions, nous le jurons, nous resterons à jamais fidèles à l’Église immortelle.

    CONDAMNÉE À MORT, ET MÊME MORTE, L’ÉGLISE RESSUSCITERA CAR ELLE A «LES PAROLES DE LA VIE ÉTERNELLE»

    (Continuará)

    Me gusta

  10. CHAPITRE II – L’ÉGLISE ÉTERNELLE ET LE TEMPOREL

    Vous, ô évêques de l’Église de Jésus-Christ dont on doit s’attendre à ce que vous rappeliez toujours l’éternel, vous l’immolez au temporel !…

    Votre soumission au moment où nous vivons serait du plus haut comique si l’enjeu n’était pas aussi tragique… Ah ! si le ridicule pouvait tuer vous seriez morts depuis longtemps ! Car, au moment où vous vous targuez d’être parvenus, en ce siècle des lumières, à un haut niveau de l’intelligence et vous méprisez le passé moyenâgeux de l’Église, vous êtes victimes d’une effarante et inepte confusion. Votre impuissance d’adhérer au réel et de distinguer ses différents ordres, celui de l’éternel et celui du temporel, est incroyable, invraisemblable !

    Est-ce la maçonnerie qui aveugle et abrutit vos esprits ? Cela expliquerait peut-être, après deux siècles de déchristianisation,
    votre génération en pleine dégénérescence sénile…

    En effet, la hiérarchie qui donne le ton dans l’Église est incapable de séparer ce qui passe de ce qui demeure, l’écoulement
    de l’histoire et les lois éternelles : «Mise à jour» !… Pourquoi ne pas mettre à jour la loi de la Gravitation universelle ? Oui, pourquoi ne pas mettre à jour les vérités éternelles qui régissent le ciel et la terre ?…

    Cette confusion a, comme origine, l’impulsion donnée par Paul VI. Il a tant de fois demandé à l’Église d’épouser les temps modernes. Tous ses appels réitérés sont trop connus pour les rappeler. Je ne ferai ici que citer sa déclaration du 28 juillet 1971 : «Pourquoi le Concile s’est-il attaché à considérer ces valeurs plutôt que les vérités à connaître et à croire ?… Pour s’approcher davantage de la mentalité moderne», c’est-à-dire sacrifier les vérités éternelles au temporel, à cette mentalité déracinée et hantée depuis deux siècles par l’idée d’évolution et de révolution; par les revirements et les changements, par ce qui meurt perpétuellement…

    L’Église était hors du temps. Pourquoi l’avoir soumise au temps, – sinon pour l’anéantir ?

    Ah ! cette hiérarchie-caméléon qui prend la couleur du milieu ambiant ! S’il est maçon, la voilà maçonne ! S’il est marxiste, la voilà marxiste !… De mimétisme en mimétisme elle a été amenée à libérer Barabbas et condamner à mort Notre Seigneur et son Église…

    En vérité, la hiérarchie actuelle ne peut plus comprendre que l’Église possède des sacrements qui reflètent l’éternel,
    ayant donc le pouvoir de répandre dans les âmes la grâce divine, de faire naître ou de renforcer la foi. Elle les a rabaissés
    au rang de l’entendement humain. Ainsi pour le baptême il faut attendre l’âge de la raison…

    Triomphe du contingent humain sur l’immuable divin… Triomphe du fini sur l’infini ! De la mort sur la vie ! Aberration inouïe ! Il s’agit de détruire les Vérités objectives et éternelles de la Révélation au bénéfice des utopies du moment; et c’est pourquoi on a démocratisé et collégialisé l’Église, et remplacé le culte de Dieu par le culte maçonnique de l’Homme…

    Je vais donner quelques exemples qui mettent en lumière ce qu’elle a donné cette soumission de l’éternel au temporel.

    Voici quelques perles cueillies, parmi tant d’autres, dans les déclarations du clergé actuel :

    «Il y a un catéchisme nouveau parce qu’il y a un monde nouveau». Qu’il évolue donc avec ce monde qui rejette
    les vérités enseignées, ce catéchisme ! Ce qui donnera l’escamotage du péché originel, de l’enfer, de Satan, d’une partie
    du Décalogue… Mais il est épatant, il fait de beaux petits païens ce catéchisme adapté, selon le voeu de Paul VI !…

    On peut en cueillir aussi dans les géniales déclarations de Mgr Schmidt, évêque de Metz : «La mutation de civilisation
    entraîne des changements dans la conception du salut apporté par Jésus-Christ». Corrigeons donc Jésus- Christ ! Soumettons-le, sans hésiter, à cette «mutation de civilisation»…

    Voici encore une perle d’un bel éclat; elle appartient au fameux théologien, le R.P. Chenu : «Ce que le Christ a prêché
    en une société archaïque et non technique ne peut convenir en une société progressive et technique». Par conséquent, l’Évangile, prêché par le Christ, ne peut convenir en notre société. Les Vérités révélées doivent évoluer et progresser. C’est ce qu’il fallait démontrer.

    Encore une perle : «Il n’est pas possible, à un moment où l’évolution du monde est rapide de considérer les rites
    définitivement fixés». Et voilà l’Église secouée par des spasmes perpétuels ! Malade à en mourir…

    Mais il ne faut pas croire que cette lamentable aliénation mentale, cette bêtise au front de taureau l’oeil obstinément fixé sur le temporel soit l’apanage, uniquement, des évêques et du bas clergé, il se trouve aussi au Vatican : le cardinal Knox, Préfet de la Congrégation pour le Culte divin, après avoir introduit «cinq nouvelles prières eucharistiques», a affirmé que «DANS LES CONDITIONS CHANGEANTES DE NOTRE TEMPS, UNE RÉNOVATION PERMANENTE EST NÉCESSAIRE». De la messe, bien sûr… De cette messe devenue une chose remuante, sursautante, évoluante, qui a vidé les églises !…

    Mais que cache-t-elle cette soumission de l’éternel au temporel ? Un manque de foi, un matérialisme inavoué, leur
    esprit ayant brisé tout lien avec la grâce; ce qui fait que ces évêques ne s’intéressent plus qu’aux questions d’ordre économique, social, politique, ayant abandonné leur unique mission de sauver les âmes en exaltant en elles, l’amour de Celui
    qui a dit : «Je suis la Voie, la Vérité, la Vie»…

    Rappelons à ce propos la malédiction divine : «Et Jésus, se retournant, dit à Pierre : retirez-vous de moi, Satan, vous m’êtes un sujet de scandale parce que vous n’avez pas de goût pour les choses de Dieu mais pour celles des hommes».

    À cette hiérarchie, Jésus pourrait lui adresser les mêmes paroles, car ayant le goût des choses humaines et non de Dieu, elle oublie que ce qui fait l’homme et le distingue de la bête, c’est le Dieu en l’homme, et que, s’il le perd, il devient pire qu’une bête ! On n’a qu’à voir ce qui se passe en ce monde qui s’écroule dans le sang…

    Et c’est à ce monde né des deux révolutions matérialistes, de 1789 et de 1917, que Paul VI a voulu adapter l’Église !

    À ce monde qui s’est détaché de l’éternel et s’est laissé engloutir dans le temporel… Mais ce n’est plus l’Église, cette religion
    post-conciliaire qui a «le goût des choses humaines»; mais celle de «la mort de Dieu» et du «règne de l’Homme».

    * * *
    (Continuará)

    Me gusta

  11. L’Église catholique et romaine était l’exemple le plus convainquant que l’on puisse donner de l’existence d’une réalité qui garde son identité et sa continuité à travers le temps. Elle a, en effet, toujours échappé aux changements en y réagissant
    vigoureusement. Elle a assisté toujours jeune, de la même jeunesse, aux fluctuations et aux corruptions des sociétés
    humaines. Ce qui est une preuve de son origine divine.

    Jusqu’au règne de Paul VI, tous les règnes des Papes se sont poursuivis dans le même sens en donnant la primauté
    à l’éternel sur le temporel. Et c’est pourquoi Léon de Poncins se demande «qu’est-ce qui pousse Paul VI à prendre ainsi position contre tous les Papes qui l’ont précédé ? Sont-ce les influences maçonniques dont il est imprégné par le biais de la démocratie chrétienne des Lammenais, Sangnier et Maritain ? Sont-ce les influences juives qui lui viennent de ses origines familiales ?»

    D’où vient, en effet, son attitude à l’encontre de ses prédécesseurs, surtout en ce qui concerne l’oecuménisme qu’il
    veut imposer ? Je continue à citer le même auteur : «L’unité du genre humain à laquelle juifs et francs-maçons travaillent,
    la main dans la main, avec des mots d’ordre et des points de ralliement secrets, est l’unification du monde sous la loi
    juive»… «L’unité du genre humain se fera par l’unité religieuse».

    Donc unité imposée par les juifs et les francsmaçons.

    Et n’oublions pas que les juifs ne croient qu’au temporel, à l’instauration ici-bas de l’âge d’or de l’humanité, le Talmud
    et la Kabbale ne croyant pas à l’immortalité : le triomphe du temporel sur l’éternel dans l’Église est donc d’origine
    judéo-maçonnique.

    Et n’oublions pas non plus les Marranes espagnols. Mais ils ne furent pas une exception, car le Talmud, code suprême
    du judaïsme, admet que les juifs changent en apparence de religion : «Cette pratique était en usage chez les Israélites dès les temps les plus anciens. Les Marranes, tout en pratiquant ostensiblement le catholicisme, suivaient en secret les rites du judaïsme auquel ils restaient profondément attachés».

    Torquemada, chef de l’Inquisition, était un Marrane. Ses atroces cruautés ont contribué, avec succès, à compromettre le catholicisme… Ils sont encore en train de le compromettre ! Certains sont des fils de francs-maçons ou de communistes entrés tout jeunes dans les séminaires catholiques, comme l’a remarqué Pie XII au temps où il était Nonce Apostolique en Allemagne. Ils sont maintenant évêques et cardinaux… Et même Pape ! Est-ce pour cela que Paul VI porte parfois l’EPHOD sur sa poitrine, le même que Caïphe portait lorsqu’il condamna à mort Jésus-Christ ?

    Est-ce pour cela que l’Église, comme son Époux, est condamnée à mort, sous le règne de Paul VI ?

    Et voici la question essentielle : cette condamnation à mort de l’Église vient-elle de la part d’un Marrane ?

    À la suite d’un Pape d’origine juive, Anacletus II, dont le règne fut calamiteux de 1130 à 1138, les papes Paul III et
    Paul IV décrétèrent, en deux Motu proprio valables à perpétuité, qu’aucun cardinal d’origine juive ne pourra plus accéder au trône de Pierre (cf. Véritas de juin 1974, Louisville, Ky-40201, U.S.A.).

    Donc Paul VI n’est pas Pape. Ses actes sont invalides : ce n’est pas un Pape qui a condamné l’Église à mort. Impossible !

    Jusqu’où cette condamnation réussira-t-elle à s’imposer aux évêques, aux prêtres et à un grand nombre de fidèles ?
    Jusques à quand leurs volontés seront paralysées et leurs intelligences obscurcies ? Quelle catastrophe, quelles guerres,
    quels châtiments du ciel faudra-t-il encore pour qu’ils sortent de leur envoûtement démoniaque, de leur infernal culte de
    l’homme et du temporel ?

    * * *

    L’Église a longtemps étonné le monde par ses capacités de redressement au moment où l’on s’y attendait le moins.
    Cette fois-ci est-il vraiment trop tard ? Allons donc ! On veut bien tuer l’Église, mais elle n’est pas morte, loin de là ! Il
    existe de grands mouvements qui réveillent les catholiques de leur léthargie Un nombre de plus en plus croissant de fidèles
    forment dans tous les pays des «Associations Saint Pie V» ; elles maintiennent, toutes, le Saint Sacrifice du corps et
    du sang de Jésus-Christ offert à Dieu, et aux hommes sous les espèces du pain et du vin.

    Et puis il existe Écône où bat le coeur de l’Église ! Et quel réveil depuis sa condamnation !

    Il est probable, qu’à la suite de graves événements, de hauts prélats de la qualité de Mgr Marcel Lefebvre et de Mgr
    Castro-Mayer se révélerons et choisiront, après la disparition de Paul VI, un Pape qui mettra fin à son apostasie actuelle ;
    un nouveau saint Pie V, ou un saint Pie X, qui restaurera l’Église et nous fera retrouver la messe qui, en toute sa magnificence,
    par son origine divine, sera de nouveau marquée par le sceau de l’éternité et échappera à l’affolement du temporel.

    En vérité, l’Église est toujours vivante, mais elle vit cachée. Dans son Bulletin de juillet 1974 le célèbre pasteur Richard Wurmbrand écrit : «J’affirme qu’il existe en Roumanie une Église souterraine». Mais, cher Pasteur, elle existe aussi, et de la même manière, en Occident. Ce qui n’est pas de la même manière – nous insistons encore – c’est la cause de ce retour aux catacombes : en Orient parce que les croyants sont persécutés par le régime communiste; en Occident parce qu’ils le sont par leur hiérarchie, par le Vatican, par Paul VI lui-même qui jette l’anathème sur Écône ! Ah ! comme elle voudrait, cette hiérarchie, d’un Archipel Goulag en Occident !

    Pour le moment, elle doit se contenter d’enfermer, de temps en temps, quelques saints prêtres en des maisons de fous… Car ne sont-ils pas vraiment fous ces prêtres qui veulent maintenir la Présence réelle de Notre-Seigneur Jésus-Christ en Son Église ?

    En face de cette abomination dans le Lieu Saint et des angoisses qui nous assaillent, seule l’espérance dans la Providence
    peut aujourd’hui nous donner la certitude que l’Église surgira à la lumière et retrouvera son éclat d’avant le règne
    de Paul VI. Et fasse le ciel que ce jour soit proche ! Telle sont nos ardentes prières : «Seigneur, hâtez-vous de nous secourir !»

    (Continuará)

    Me gusta

  12. Mais Dieu, depuis qu’il nous a donné son Fils et ses Sacrements, veut que les hommes contribuent à leur salut, qu’ils
    le veuillent librement…

    Nous ne pouvons donc être sauvés que par une croisade menée âprement, virilement, d’abord en nous-mêmes, ensuite dans le monde. Car on ne se croise pas sans une foi tenace, une foi robuste, une foi invincible !… Ils l’ont cette foi les suppôts de Satan : avec quelle fougue ils combattent l’Église depuis deux siècles ! Et aujourd’hui avec quelle virulence lui donnent le coup de grâce…

    Et nous ? Sommes-nous prêts à la défendre et combattre pour Elle avec la même fougue et la même virulence ? Comme les fidèles qui combattaient avec les évêques Hilaire et Athanase contre toute la hiérarchie arienne ? Et ce ne fut-il pas ces deux évêques qui remportèrent la victoire et furent canonisés ?

    Ayons donc confiance dans la victoire imminente de notre croisade : la lumière de Pâques est si proche des ténèbres
    du Vendredi Saint !…

    Et puis trop c’est trop ! De l’excès même du malheur naît souvent la volonté d’en sortir : l’ignoble condamnation de Mgr Marcel Lefebvre porte à son comble le dégoût du régime montinien et notre détermination de le combattre.

    Il ne s’agit pas d’une lutte quelconque, mais d’une mobilisation générale contre un Pouvoir tyrannique dont la brutalité peut en venir, on l’a vu, à des extrêmes imprévisibles !

    Et voici l’appel à cette nouvelle croisade lancée par celui qui voyait de loin les menaces qui pèseront sur l’Église; cet appel qui fut lancé par le Pape Pie XII, de sainte mémoire, le 12 mai 1939 : «Croisés volontaires, levez le nouvel étendard ! Déclarez ; la guerre aux ténèbres d’un monde séparé de Dieu !» Ce monde qui aujourd’hui a envahi l’Église !…

    Ah oui, «combattez enfants de lumière» comme disait la Sainte Vierge à la Salette Foncez sur les suppôts des ténèbres
    qui on condamner l’Église à mort ! Car la Sainte Vierge les voyait régner un jour dans l’Église…

    Et alors Notre Seigneur répondra à notre combat. Comme il a répondu aux combats d’autrefois. Comme à Lepante où
    les Catholiques, au temps de Saint Pie V, faisaient reculer leurs ennemis en lançant vers le ciel leurs clameurs :
    «Christus veniat, Christus regnat, Christus imperat !»

    Paul VI, son ennemi, disparaîtra
    Tenons bon en attendant
    Et en avant !

    À NOUS L’OFFENSIVE
    À DIEU LA VICTOIRE !

    FIN

    Dédié à Monsieur le Prince Paul Scortesco. R.I.P. +

    Me gusta

    • Apreciado ADRI, intentaré traducirlo yo mismo al español, pero necesito tiempo, algo de lo que no dispongo actualmente. Lo iré traduciendo poco a poco. Mientras tanto, cualquier ayuda complementaria por parte de otros miembros del blog será muy bien recibida. Merci et à bientôt !

      Me gusta

  13. La colonizacion de Los homoxesuales y lizbianas comenso en la nueva iglesia romana post conciliar vaticano 11 con el cardenal Monttine el papa PABLO V1 que era JUDIO y mason y homoxesuales y el promobio que ESTAS gentes se FUERON al seminario a Los hombres y las lizbianas a Los conventos y desde hay se pudrio la nueva iglesia romana post C. V 11 Y esta iglesia romana post C. V 11 se esta derrumbando porque el demonio no lo puede sostener porque el demonio no FUE prudente y se le esta llegando la hora junto SUS SECUASES que son SUS agentes secrets que son todas las falsos religiones y falsos iglesia del ANTICRISTOS.
    y CRISTO REINARA. JUNTO CON SU ESPOSA LA SANTA MADRE IGLESIA CATOLICA APOSTOLICA. Y SU SANTISIMA MADRE LA SIEMPRE VIRGEN MARIA Y EL SEÑOR SAN JOSE. AMEN.

    Me gusta

  14. La red de homosexualidad en Estados Unidos la narra muy bien, Malachi Martin en su novela ” El último Papa”, en inglés “The Windswept House” (La casa azotada por el viento). Todos los personajes ficticios tienen paralelo en la realidad y se pueden encontrar en internet, en alguna página en inglés (Windwept House, who is who in the novel). Este Bernardin es en la novela el Cardenal Leonardine, llamado también cardenal de Centurycity. Lo narra como novela, pero los hechos son reales, él mismo lo dijo.

    Me gusta

  15. Muchísimas gracias.a su santidad Pío XII, al P. Luigi Villa y a san Pío, más todos los buenos sacerdotes, y varones y mujeres fieles a Nuestro Señor Jesucristo y su VERDADERA Iglesia. El destino de los satanicos lo conocemos. muerte eterna.con su inicuo de perdición. Amén.II Tesal. II Gracias Señor Moinmunan feliz día de la Bendita hispanidad. y que sean muchos más. Amén.

    Me gusta

  16. Por si alguien no sabe … Google Translate, el traductor de google ya no lo hace tan mal, ejempo:

    Le Vatican est donc devenu une Loge maçonnique, la plus importante et la plus dangereuse, parce que la plus hypocrite et la mieux camouflée.

    Et l’on sait aussi que le métropolite Athénagoras Ier que Paul VI est allé serrer dans ses bras à Jérusalem avait le haut
    grade «33è» du Rite Écossais. Et l’on connaît aussi les relations de Paul VI avec les membres de la Loge B’naï-Brith où
    seuls les juifs peuvent entrer, ces pires ennemis de l’Église que Paul VI a reçu plusieurs fois au Vatican, alors qu’il a toujours
    refusé de recevoir Mgr Marcel Lefebvre ainsi que les traditionalistes venus en pèlerinage à Rome.

    El Vaticano se ha convertido en una logia masónica, el mayor y más peligroso, porque el camuflado más hipócrita y mejor.

    Y también sabemos que el Atenágoras Metropolitana Fui como Pablo VI abrazo en Jerusalén tenía la parte superior
    grado “33d” del Rito Escocés. Y sabemos también las relaciones de Pablo VI con los miembros de la B’nai Brith Lodge, donde
    Sólo Judios puede entrar en estas peores enemigos de la Iglesia, Pablo VI recibió en varias ocasiones en el Vaticano como siempre
    se negaron a recibir el arzobispo Marcel Lefebvre y los tradicionalistas vienen en peregrinación a Roma.

    Saludos.

    Me gusta

  17. Gracias Al, mujeres tambien aceptan de acuerdo a lo que he leido, por eso no hay casualidades que de pronto les haya tomado tanto amor por el vaticano franciscano. Es tan patente que hasta un niño lo percibe quienes estan detras.

    Si ese sr. Montini o su doble vaya a saber, se disfrazo de caifas en EEUU. Hubo serias reacciones de sacerdotes católicos que pasaron al olvido. Más los nombres de quienes lo sostenían.
    Además deseo que la falsa virgen de Medjugorje sostenida por esa secta no tenga más fieles engañados. El Padre Luigi Villa con toda su autoridad y además sacerdotes católicos la impugnaron: A MEDJUGORJE non la Madonna.. ma il Demonio! por supuesto hay una imagen tremenda de nuestro Señor y además debajo de la estatua una estrella de renfan o la de seis puntas que es igual a satanas. Y las personas pagan fortunas para que ese ente les cure hasta enfermedades terminales. Por supuesto mueren, los demonios enferman más. Y luego del libro que he leido se entiende bien cuando san Ireneo dice que al final de los tiempos se tratara de imponer la adoración del dios sol, y es el de la franc-masonería. No el de la santa Biblia que para las sectas luciferinas es el malo. Veremos a donde los lleva ese dios bueno
    Saludos.

    Me gusta

  18. Miseria moral, escándalo, apostasía, corrupción. Ese es el conciliarismo. Que sin duda se hundirá. El asunto es que al hundirse arrastrará consigo neocones, tradis, resistentes…

    Me gusta

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s